Acu bug 3

Ubisoft proposera encore moins de narration dans ses jeux

Dans une toute récente interview accordée au journal Le Monde, l'un des directeurs créatifs d'Ubisoft annonce la place de moins en moins centrale de la narration dans les jeux produits par l'éditeur.

S'ils sont déjà devenus au fil des années de plus en plus pauvres narrativement, fades dans leur atmosphère et standardisés dans leur gameplay, il semblerait que les jeux d'Ubisoft aient devant eux un avenir encore plus sombre que leur présent déjà peu reluisant. C'est en effet lors d'une interview accordée à Le Monde que Serge Hascoët, responsable de la ligne directrice que suivent les productions d'Ubisoft, a affirmé une nouvelle réduction de la place de la narration dans les jeux de l'éditeur. Les propos font froid dans le dos et promettent ainsi des jeux dont le rôle sera plus celui de contenant dépourvu de contenu.

"Ce qui m’intéresse, c’est de faire des mondes qui seraient intéressants pour moi, même en tant que touriste [...] même ma mère doit pouvoir s’amuser, faire du bateau, de l’hélicoptère, de la moto... [...] Je ne veux plus [que le joueur] subisse l’histoire créée par quelqu’un [...] je demande de plus en plus que l’on laisse le joueur écrire sa propre histoire, qu’il se fixe lui-même un objectif long terme, identifie les différentes opportunités qui s’ouvrent à lui, choisisse et ne suive pas un chemin décidé pour lui. [...] Mais dans Far Cry et Assassin’s Creed, par exemple, par facilité, par habitude et par historique, on avait glissé beaucoup de narration. Il y en aura de moins en moins dans les jeux à venir. Ce que je demande, c’est que les joueurs puissent s’exprimer de manière suffisamment intéressante pour qu’ils aient envie de partager cela avec d’autres joueurs. Personne n’a envie de partager une belle cinématique."

Pour paraphraser Hascoët, il faut comprendre dans ce qu'il explique la volonté de jeux donnant avant tout au joueur des outils, des moyens pour créer sa propre histoire. À l'image d'un Minecraft ou d'un Grand Theft Auto V, le chef du département créatif tente de donner aux jeux d'Ubisoft un profil bien plus bac-à-sable : une coquille totalement vide, laissant une liberté maximale au joueur en multipliant les activités possibles. Outre la remarque surprenante affirmant que la narration des précédents jeux ait été ajoutée par facilité, ce discours donne de quoi s'inquiéter encore plus au sujet de l'avenir de jeux déjà bien pauvres et dépersonnalisés : il confirme qu'Ubisoft ne cherche plus à proposer une expérience au joueur, qu'il ne cherche plus à élaborer les œuvres originales et aux personnalités marquées que l'on est pourtant en droit d'attendre de la part d'une industrie censée être culturelle et créative.
L'éditeur demande donc désormais aux développeurs de fournir un moyen d'expression aux joueurs, au lieu de proposer à ces derniers l'expression d'un groupe d'artistes. Loin de cette démarche que l'on pouvait espérer de la part de ce géant du Jeu vidéo, celui-ci se dirige définitivement vers la production de simples jouets.

Ubisoft