Le Point : permis de manipuler

En aura-t-on un jour fini avec ces "journalistes" qui accusent sans preuve, sans argument et sans le moindre indice valable ? Malheureusement, aujourd'hui le journal Le Point cherche à faire le beau pour ravir les vieux préjugés de l'opinion publique et surtout ceux créés par des gens dénués de la moindre culture sur ce sujet.

Ainsi, sur le site officiel, le journal semble cautionner ce qui est un parfait résumé des inepties les moins réfléchies sur le Jeu Vidéo, un torchon nommé Jeux vidéo : permis de tuer.

"Jeux dangereux !", "addiction à la violence", "Ils font croire [...] qu'on peut recommencer indéfiniment puisqu'on a plusieurs vies" : voici donc les arguments utilisés par un journal en mal de reconnaissance. L'auteur a-t-elle pris la peine de chercher ne serait-ce qu'un argument valable ou une seule véritable étude scientifique ? S'en prenant sans vergogne aux habitués de jeuxvideo.com, elle semble ne plus distinguer la réalité de la fiction, confondant un simple texte roleplay avec une véritable étude de l'assassinat.

Et devinez ce qui vient ensuite ... Gagné ! Comme d'habitude l'exemple des tueurs en série semble inévitable. Ainsi, Breivik, Merah et d'autres meurtriers auraient joué à des jeux vidéo, donc les jeux vidéo pousseraient les gens à tuer. Une logique sûrement transcendante à l'esprit humain, puisque ni lien ni cohérence ne semble présent dans ces propos. Peut-être alors que seule une minorité d'esprits supérieurs soient capables de comprendre cela ; nous autres, simples mortels, devrons donc l'admettre comme une évidence. Continuons donc à suivre ce raisonnement divin ... Mais ! Attendez ! Les meurtriers cités auraient-ils lu des livres ? Incroyable, le sacro-saint livre transforme donc les gens respectables en monstres sanguinaires ! Mais alors, quid de la sculpture ? Et le théâtre, la peinture, les poires, les pommes et les bananes ? Claire Gallois, merci. Grâce à votre article et à votre logique sans faille, nous savons enfin ce que nous devons faire : interdire toute forme d'art, tout aliment, toute interaction sociale, bref, tout ce que Monsieur Tout-le-monde fait et connait dans sa vie. La secte Le Point avait raison : accomplissons un suicide collectif pour nous protéger de toute forme de violence !

Bref. Après l'ironie, redevenons sérieux face à un texte de qualité innommable : préjugés, absence totale de la moindre recherche ou témoignage, comparaisons ridicules et raisonnements qu'un enfant de 2 ans trouverait illogiques, le tout sur fond d'arguments politiques qui n'ont pas leur place ici ... Aujourd'hui est un jour de deuil pour la presse professionnelle : tel un scénario de Splinter Cell, les vrais journalistes ont été infiltrés par un scribouillard aux méthodes douteuses et attiré par l'appât du buzz. Malgré cela, laissons quand même une dernière chance à ce journal ; après tout, il est toujours temps d'arrêter d'inviter des chroniqueurs dépourvus de toute éthique professionnelle. L'espoir fait vivre ...

Avant d'accéder au site ...

L'accès à ce site est certes entièrement gratuit, mais cela ne signifie pas qu'il soit en libre-accès. Les articles que vous souhaitez lire ici ne sont pas du domaine public et, comme pour de nombreux autres sites, vous devez en conséquence offrir une contre-partie pour accéder aux informations que vous recherchez.
Pour cela, plusieurs modèles économiques existent sur le web : articles sponsorisés, abonnements, dons, etc ; mais, dans un objectif de totale indépendance et d'accessibilité du contenu au plus grand nombre, GameArt utilise pour se financer le système de la publicité.

Le choix du modèle économique ne peut malheureusement pas vous être donné : pour des raisons autant techniques que d'organisation, consentir à l'affichage de publicités est la seule contrepartie acceptée ici pour la lecture des articles. En poursuivant votre visite, vous vous engagez donc à n'utiliser aucun logiciel ou module complémentaire susceptible d'empêcher l'affichage de publicités (entre autres Adblock Plus, uBlock, NoScript, Ghostery, Avast Online Security).
Notez que si vous ne souhaitez pas voir de publicité s'afficher sur votre écran, cela est tout à fait possible. Toutefois, cela signifie que vous n'acceptez pas l'accord que l'on vous propose et vous serez donc invité à quitter ce site web pour en consulter un autre.

Pour empêcher la ré-apparition de cette fenêtre, pensez à accepter les cookies.