Img 1164

PGW : quand il s'agit une fois encore de payer pour attendre

Pour sa cinquième édition, l'espoir d'une amélioration de la Paris Games Week était permis. Mais dans la pratique, il est difficile de conserver cet optimisme face à ce que propose le salon.

"La Paris Games Week 2013 n'a été qu'un salon proposant de payer quelques euros pour jouer quelques minutes à un jeu qui allait sortir quelques jours plus tard" : voici ce que vous pouviez lire sur GameArt il y a quelques mois. Cela faisait référence à l'édition précédente qui s'était plutôt mal passée et qui offrait alors un rapport qualité-prix particulièrement bas. En effet, si vous vous souvenez bien, cette dualité prix élevés - longues durées d'attente avait été l'un des gros défauts de l'édition 2013 du salon. Au moment de la publication de cette brève, on entretenait encore l'espoir de voir une certaine amélioration dans ce salon qui l'année dernière avait été qualifié par certains de "salon de la honte".

La Paris Games Week a-t-elle donc pris en compte les très mauvais retours qu'elle avait reçu ? Voici la réponse en deux photos qui se veulent symboliques du salon dans son ensemble :

Img 1164 Img 1122

Outre le prix des entrées qui a une fois de plus augmenté, le prix des repas reste lui aussi suspendu au double de celui que l'on trouverait n'importe où à l'extérieur. Il en va de même pour tous les consommables des nombreux bars et sandwicheries du Parc des Expositions et -dans une moindre mesure- pour les vêtements, peluches, posters et autres des points de vente du salon. Côté stands des gros éditeurs, c'est également le même constat que l'année dernière : Call of Duty, Far Cry 4, Evolve, The Order: 1886 et de très nombreux autres jeux se cachent derrière des dizaines de joueurs attendant que ce soit leur tour de découvrir une démo de quelques minutes.

Finalement, non : les organisateurs de la Paris Games Week n'ont pas pris en compte l'avis des joueurs et propose une nouvelle fois cette formule qui laisse un goût amer. Une chose est sûre : la séance d'entrainement à la patience et au don de soi que propose le salon ne sera pas au goût de tout le monde.

Paris Games Week 2014

Avant d'accéder au site ...

L'accès à ce site est certes entièrement gratuit, mais cela ne signifie pas qu'il soit en libre-accès. Les articles que vous souhaitez lire ici ne sont pas du domaine public et, comme pour de nombreux autres sites, vous devez en conséquence offrir une contre-partie pour accéder aux informations que vous recherchez.
Pour cela, plusieurs modèles économiques existent sur le web : articles sponsorisés, abonnements, dons, etc ; mais, dans un objectif de totale indépendance et d'accessibilité du contenu au plus grand nombre, GameArt utilise pour se financer le système de la publicité.

Le choix du modèle économique ne peut malheureusement pas vous être donné : pour des raisons autant techniques que d'organisation, consentir à l'affichage de publicités est la seule contrepartie acceptée ici pour la lecture des articles. En poursuivant votre visite, vous vous engagez donc à n'utiliser aucun logiciel ou module complémentaire susceptible d'empêcher l'affichage de publicités (entre autres Adblock Plus, uBlock, NoScript, Ghostery, Avast Online Security).
Notez que si vous ne souhaitez pas voir de publicité s'afficher sur votre écran, cela est tout à fait possible. Toutefois, cela signifie que vous n'acceptez pas l'accord que l'on vous propose et vous serez donc invité à quitter ce site web pour en consulter un autre.

Pour empêcher la ré-apparition de cette fenêtre, pensez à accepter les cookies.