Izila

Langues et cultures dans Far Cry Primal

Dans un billet de son UbiBlog, l'éditeur du prochain Far Cry Primal donne quelques détails sur la création des langues et cultures du monde pré-historique qu'il a imaginé.

Une volonté de réalisme : voilà ce qu'Ubisoft tentait de mettre en avant lors de sa campagne visant à promouvoir Far Cry 4, en envoyant notamment certains de ces développeurs au Népal afin de découvrir la population et la culture locale et se libérer de la "vision holllywoodienne" qu'ils en avaient. Une volonté de réalisme qui a porté ses fruits pour ce qui est de la population et de sa vie quotidienne, qui a été moins présente lorsque l'on d'intéressait à la faune et totalement absente lorsqu'il s'agissait des conflits politiques, mais qui a dans tous les cas été recherchée. Cette volonté de réalisme, on la retrouve une nouvelle fois dans le développement de Far Cry 5 : sans rechercher l'exactitude historique (il ne s'agit pas de l'objectif de cette franchise), Ubisoft semble toutefois vouloir créer un univers se rapprochant de celui qui avait existé à la veille de l'agriculture, et avait touché quelques mots à ce sujet il y a quelques semaines sur son blog.

Izila

L'éditeur s'attarde ainsi sur deux points : le langage tout d'abord, puis les activités des ennemis dans les avant-postes. Pour ce qui est des langues que l'on entendra dans Oros, on nous explique ainsi : "Souhaitant du réalisme, les développeurs ont fait appel à des linguistes spécialisés dans les langues Proto-Indo-Européennes. Mais même leurs efforts ne parvenaient pas, dans un premier temps, à donner quelque chose qui sonnait bien". Qu'est-ce qui n'allait donc pas dans ce premier jet proposé par des spécialistes, c'est ce qu'explique l'un des développeurs un peu plus loin : "Quand on a commencé à enregistrer, cela semblait très moderne. [...] C'était comme écouter une langue venant d'Europe de l'Est. Cela semblait vide de sens. Nous avons donc travaillé avec eux afin de faire régresser cette langue vers quelque chose qui aurait pu apparaître encore plus tôt".
La question que l'on peut se poser est donc la suivante : est-ce qu'une langue ancienne doit nécessairement nous sembler ancienne, ou les développeurs se basent-ils simplement sur ce qu'ils imaginent être la réalité ? Étrangement, alors que l'imaginaire est loin d'être une tare, Ubisoft semble avoir du mal à l'assumer et continue d'invoquer le réalisme, comme il l'a fait de nombreuses fois avec la soi-disant exactitude historique des Assassin's Creed.

Pour ce qui est de la culture et de l'activité au sein des avant-postes, Ubisoft nous promet quelque chose de plus complet et vivant que ceux des précédents opus. Toujours sur son blog officiel, il explique : "Les développeurs ne souhaitaient pas que [les avant-postes] aient la même ambiance militaire que dans les opus précédents. Vos ennemis sont peut-être des tueurs sanguinaires, mais ils ont d'autres choses dans leurs vies que simplement patrouiller et se battre", tandis que l'un de ces développeurs complète : "Tout au long de l'histoire, nous vous donnons de bonnes raisons quant à leur présence ici et quant à leur dangerosité pour vous [...] Nous essayons de créer une culture et une religion pour chaque tribu et, dans certains avant-postes, on peut les voir jouer de la musique, pêcher ou occupés à d'autres tâches". Des promesses dont il n'a pas encore été possible de voir les résultats en images et donc qu'il est impossible de juger à l'heure actuelle.
Rendez-vous dans deux mois sur PS4, Xbox One et PC pour découvrir cela par vous-mêmes.

Far Cry Primal